You are currently viewing « La stigmatisation publique de la défiguration faciale, étude des liens entre attention visuelle, réactions affectives et cognitions déshumanisantes » par Pauline Rasset
Pauline Rasset

« La stigmatisation publique de la défiguration faciale, étude des liens entre attention visuelle, réactions affectives et cognitions déshumanisantes » par Pauline Rasset

  • Post last modified:17 janvier 2022
  • Post category:Thèse en cours

Projet de thèse en psychologie, sous la direction de Jessica Mange (MC, LPCN, université de Caen Normandie) et Benoît Montalan (MC, CRFDP, université de Rouen Normandie). Thèse en préparation à l’université de Caen Normandie, dans le cadre de l’École doctorale “Homme, sociétés, risques, territoire” (Rouen), en partenariat avec le Laboratoire de psychologie de Caen Normandie (équipe de recherche) depuis le 23-09-2018.

Résumé

Les personnes présentant une différence faciale (DF) sont stigmatisées. Cette stigmatisation se manifeste particulièrement par les réactions affectives des percevant·e·s, notamment par le dégout et la peur, émotions généralement associées au processus de déshumanisation d’autrui. Par ailleurs, en tant que stigmate visible, la DF semble influencer la répartition de l’attention visuelle sur un visage mais peu de travaux ont associé ces champs. Ainsi, ce projet de thèse avait pour objectif de mieux comprendre la stigmatisation sociale de la DF, et plus particulièrement les liens entre perception visuelle, réactions affectives stigmatisantes et déshumanisation. En se focalisant sur les réactions affectives, il s’agissait préalablement de proposer une typologie de ces réactions affectives stigmatisantes, puis de mettre en lumière leurs liens avec les changements dans l’attention visuelle, pour finalement déterminer si ces réactions témoignent d’un processus de déshumanisation. Nos résultats montrent que la DF modifie globalement la répartition de l’attention visuelle et influence l’émergence de réactions affectives stigmatisantes en engendrant moins de neutralité et plus de surprise, dégoût, peur et mépris. La perception visuelle de la DF semble déterminante puisque la modification de l’attention visuelle était liée à la fois aux réactions affectives stigmatisantes et aux attributions déshumanisantes. Toutefois, de futurs travaux sont nécessaires afin de mieux comprendre en quoi le regard des percevant·e·s sur la DF est déshumanisant. De façon générale, les liens entre défiguration faciale, stigmatisation sociale et déshumanisation mériteraient d’être approfondis.

Mots clés

Défiguration faciale, stigmatisation sociale, réactions affectives, déshumanisation, oculométrie